Accueil > Vidéo HD > A quoi peut bien servir la vidéo HD ?
 Version imprimable

Vidéo HD
A quoi peut bien servir la vidéo HD ?

Vaste question, finalement !
Ce sujet se place dans le domaine des loisirs et du subjectif : ce sera à chacun de sentir s’il trouvera les satisfactions recherchées en s’engageant sur cette voie et si le prix du billet vaut le plaisir ressenti...

dimanche 20 novembre 2005, par Richard BONMARIN

J’ai toujours apprécié d’observer une image dans le détail, que ce soit un dessin, une photographie ou - à un degré moindre - un film.

Ce plaisir du détail m’a souvent poussé à choisir du matériel photo de bonne qualité, mon seul frein étant le coût de l’objet convoité. Je préfère une projection de diapos au feuilletage d’un album photo, sauf si cet album présente des tirages papier de bonnes dimensions (20x30 ou A4) permettant de s’en mettre plein les yeux.

Voilà, c’est dit : ce que j’aime, c’est "en avoir plein les yeux" et avoir la sensation d’être plongé dans le sujet, que ce soit une image fixe ou animée.

Je pourrais même ajouter "... et les oreilles" car, généralement, l’image animée est sonore et j’ai à peu de choses près les mêmes attentes dans cet autre domaine : être plongé dans l’ambiance pour profiter pleinement du spectacle.

Si ce que je viens d’évoquer trouve un écho en vous, vous serez probablement séduit(e) par la vidéo HD. Je parle simplement de "vidéo HD" car la HD existe depuis très longtemps en photo argentique et - depuis moins longtemps - en photo numérique.

De quoi s’agit-il, d’abord ?

Techniquement, un appareil "HD ready" est capable d’afficher une image au format 16/9 d’une définition au moins égale à 1280x720 pixels en mode "non entrelacé" ; c’est ce que les spécialistes appellent du "720p", le ’p’ voulant dire ’progressive’ par opposition à "720i", le ’i’ signifiant ’interlaced’.

On est content d’apprendre ça ! Mais ces termes sont moins abscons qu’il n’y paraît : le mode entrelacé (’interlaced’) est celui de notre bonne vieille télévision pour laquelle l’emetteur envoie toutes les lignes impaires d’une image avant d’envoyer les lignes paires, puis les lignes impaires de l’image suivante, puis les lignes paires, et caetera. On peut donc se représenter facilement cet entrelacement de trames qui finissent par composer les images.

Le mode ’progressive’ est identique au cinéma : l’emetteur envoie une image entière, puis la suivante, et ainsi de suite. Simplement, l’image est numérique au lieu d’être argentique (sur pellicule).

En quoi le mode ’progressive’ est-il plus intéressant que l’entrelacé ? Principal argument : l’affichage d’une séquence où le sujet se déplace latéralement montre un résultat flou en entrelacé mais pas en ’progressive’ (grâce à la persistence rétinienne). Ce phénomène est bien montré par une page du site alvyray.com que je vous invite à visiter.

D’emblée, j’ai parlé de pixels et vous avez probablement senti que l’informatique n’était pas loin derrière : vous avez raison, la vidéo HD ouvre la porte en grand à l’informatique, que ce soit au niveau du câblage (connecteurs DVI ou HDMI), du traitement de l’image (protection HDCP) ou de la source (PC Home Cinéma).

Pour s’en convaincre, il suffit de brancher un PC portable disposant d’une sortie "S-Video" sur un téléviseur et de regarder un DVD, par exemple. Le résultat devrait être tout à fait correct, comme si vous aviez branché un lecteur DVD de salon. Le signal est alors modulé en PAL (575 lignes).

Affichez le bureau Windows (ou Mac, Linux, ou autre) sur ce même téléviseur et dites-moi ce que vous voyez. Si vous n’avez jamais eu l’occasion d’essayer, je vous donne un indice : c’est franchement beuaaark. Même une image moyenne de 1024x768 pixels bave de partout et le texte des icônes est quasiment illisible, faute de définition suffisante.

Personnellement, j’ai fait un diaporama de photos numériques prises pendant une randonnée avec des amis. Quand on s’est tous retrouvés quelques temps plus tard, on les a regardées sur un téléviseur classique (tout neuf) sur lequel j’avais branché mon PC portable via un câble S-Vidéo. Je connaissais bien les photos mais le rendu sur TV n’arrivait pas à la cheville de ce que j’avais sur mon moniteur PC : le piqué des images avait disparu ainsi que tous les petits détails.

Et bien, un écran HD devrait donner la même finesse d’image que mon moniteur PC car il sera capable de traiter le flux numérique sans altération via un connecteur informatique (VGA ou DVI).

Comment en profiter ?

La vidéo HD concerne, en premier lieu, l’afficheur. De nombreux téléviseurs LCD, plasma, rétro- et vidéo-projecteurs sont déjà capables d’afficher une image HD. Encore faut-il pouvoir leur fournir une image en HD et c’est là que le bât blesse car, pour être honnête, les vidéos HD en Europe sont actuellement rares :

- Une chaîne européenne EURO1080 diffuse du signal HD via satellite ; ses programmes (payants) sont publiés sur le site Euro1080-HD1
- Il existe des projets de chaîne TV en HD via le Câble mais je n’en sais guère plus : TF1, M6, EuroSport ont des projets de HD,
- Quelques DVD sont vendus avec deux galettes : l’une est au standard DVD et l’autre au format WMV-HD [1] de Microsoft,
- Enfin, le format DivX-HD semble pointer le bout de son nez pour ceux disposant d’un PC Home Cinéma.

Dans ce domaine, le Japon et les Etats-Unis ont quelques longueurs d’avance sur nous car la vidéo HD y est plus largement accessible. Disons qu’on les laisse essuyer les plâtres 

Certains lecteurs DVD de haut de gamme sont aujourd’hui capables de traiter l’image initiale pour créer une image 1280x720 par extrapolation.

Une nouvelle race d’appareils commence à se répandre : les PC "Home Cinéma". Ce sont des PC dont on a d’abord particulièrement soigné le silence de fonctionnement et l’apparence afin de leur donner droit de cité dans nos salons (c’est le "WAF compliance" [2]). Ces machines sont capables d’enregistrer la TV, de jouer de la musique, d’afficher vos photos, de passer un film, de naviguer sur Internet et de se faire conduire via une télécommande et un logiciel adapté comme Windows Media Center, Media Portal, Xlobby, GeeXbox ou d’autres.

Peut-être avez-vous déjà regardé un DVD sur votre PC ? Vous aurez probablement noté que l’image semble plus fine que sur votre téléviseur. Deux facteurs agissent dans des directions opposées :
- l’optimisation de l’image par la carte graphique pour un rendu optimal,
- la faible résolution du téléviseur qui limite la précision des détails.

Dans ces conditions, on comprend qu’un DVD lu sur un PC équipé d’une carte graphique de bon niveau pourra donner une image dont la finesse sera préservée par l’écran HD puisque celui-ci peut être assimilé à un moniteur informatique.

Quelles évolutions sont attendues ?

Dans les années à venir, nos appareils HD passeront de 1280x720 à 1920x1080 pixels. Pour l’instant, les premiers équipements en 1920x1080 ne fonctionnent qu’en mode entrelacé, ce qui n’est pas tip-top comme l’explique l’auteur du site alvyray.com.

Un nouveau format de disques permettra de diffuser les films en HD, mais la bataille fait rage entre deux groupes de fabricants pour décider quel format prendra l’avantage sur l’autre : Blu-Ray ou HD-DVD ? Vous trouverez des infos sur ces formats en consultant des sites comme Hardware.fr ou PCInpact.com pour ne citer qu’eux.

Pour 2007, on peut espérer voir apparaître les premiers appareils en technologie SED, laquelle techno enverra plus ou moins rapidement LCD et Plasma au rayon des antiquités tant elle est prometteuse. Pour en savoir plus, voici un lien vers le site hardware.fr : Rencontre avec le troisième type : SED.

En conclusion

Cet article est le premier de la rubrique "Vidéo HD" : d’autres suivront qui, je l’espère, vous apporterons un peu d’aide et de compréhension d’un sujet encore jeune. N’hésitez pas à me donner votre point de vue, il me reste tant à apprendre !

Post-scriptum :

Quelques liens utiles :
- Le site WMV-HD de Microsoft
- La page HD du site de DivX.com
- Les avantages du balayage progressif, par ZDNet.fr

[1] WMV-HD = "Windows Media Video - High Definition"

[2] WAF = "Woman Acceptance Factor", terme désignant le taux de tolérance de nos épouses/compagnes quand il s’agit d’installer dans les zones placées sous leur contrôle un quelconque appareil moche, bruyant et avec plein de fils partout


(Aucune contribution au forum)


 

© R. BONMARIN, 2003-2011